Je connaissais bien Malek Chebel, notamment pour avoir partagé avec lui de nombreux salons du livre où nous avions largement le temps de parler, et où j’ai constaté le succès extraordinaire de ses ouvrages.

Il attaquait les islamistes d’une part directement, d’autre part en leur opposant part en un « islam des lumières » et en évoquant tous les sujets interdits, notamment relatifs de près ou de loin à la sexualité.

Je reprends ci-dessous des extraits d’un article algérien (« Malek Chebel. Un libre-penseur inclassable et infatigable » El Watan du 18/11/16) dans lequel j’ai apprécié qu’un imam algérien intelligent ait compris de qui il s’agissait et de son impact pour les relations Nord-Sud en France et en Europe, bien que le disparu ait pris «de mauvaises habitudes» en vivant en France et en gardant une certaine distance avec l’Algérie.

J’ai ajouté quelques données démographiques à la fin. (NDR : note du rédacteur).

Yves Montenay

« L’illustre anthropologue des religions, celui qui voulait «montrer un visage humain du Coran»,  laisse une œuvre colossale.

Il a été inhumé mercredi dans sa ville natale : Skikda. «Il a dédié sa vie à diffuser l’islam dans son acception moderne. C’était l’ambassadeur de l’islam et de l’Algérie», a déclaré l’imam.

(Il aurait) refusé  à deux reprises la nationalité française proposée par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, avait toujours porté l’Algérie dans son cœur et était un défenseur de l’islam à travers le monde.

Malek Chebel voulait contribuer, par ses études, à voir l’Orient et l’Occident s’éloigner des «lieux de confrontation», où les extrémistes veulent les conduire.(…) Sa préoccupation première (était) expliquer l’islam et le monde arabe aux Français.».

Malek Chebel avait mis une certaine distance avec son pays d’origine, il voulait rester distant et neutre par rapport au système politique. Il ne voulait pas se faire instrumentaliser.

Au fil des ans, et grâce à l’accompagnement de ses éditeurs – notamment Claude Durand, ancien patron de Fayard – il a réussi à entrer dans l’univers du grand public et de la vulgarisation. Et ce fut le succès.

(…) «Face au détournement sectaire de l’islam par une minorité, face à un extrémisme étranger à la religion musulmane, son idée était de structurer le propos autour de l’« islam des lumières ».  (il s’attaquait aux) arguments des sectes qui instrumentalisent l’islam pour défendre des thèses nihiliste (et défendait un) islam pacifique, tranquille et d’ouverture,

(…) «Même si on n’est pas musulman, lire Chebel permet de comprendre ce qui se passe dans le monde arabe et musulman. Le rapport entre l’islam et notre époque, le monde face à plus d’un milliard de musulmans (NDR : 1, 6 milliards)… pas forcément arabes ! (NDR 80% des musulmans ne sont pas arabes) »

Yves Montenay

Crédit photo : Par ActuaLitté — Malek Chebel – Livre sur la Place 2014, CC BY-SA 2.0

Publicités