Le terrorisme effraie et exaspère. Il marque les esprits, influence les lois, les comportements de certains, et a un coût économique notable (personnel de surveillance, impact sur le tourisme…). Mais il n’a même pas atteint la première étape de son objectif : affaiblir l’Occident.

Un objectif stratégique clair

L’objectif de l’État islamique (EI) est le califat mondial, c’est-à-dire le gouvernement des populations de la planète, musulmanes ou pas, par un héritier du prophète. Les non-musulmans y auront un statut inférieur. Cela par la conquête, comme l’ont fait les premiers califes au 7è siècle, ce qui est cohérent avec le retour à l’islam de cette période prêché par les salafistes. El Bagdhadi, qui s’est auto désigné calife à Mossoul le 29 juin 2014, le rappelle dans ses discours et l’enseigne à ses troupes. Cette désignation n’a été reconnue par aucune autorité musulmane ni par aucun groupe djihadiste, à part le sien.

Ce califat est évidemment une utopie, qui ignore notamment le nationalisme des grands pays musulmans, à commencer par la Turquie voisine, et plus encore le mode de fonctionnement des sociétés occidentales. Mais cette utopie nourrit le terrorisme.

À plus court terme, l’EI étant en mauvaise posture militaire, il s’agit de décourager les pays qui luttent contre lui, tant sur son territoire syro-irakien que sur ses prolongements au Sud, où il se trouve notamment face à l’armée française au Sahel. Il cherche donc à affaiblir ces pays, et cela par deux moyens s’agissant des pays occidentaux : perturber gravement leur fonctionnement et déclencher des représailles anti-musulmanes pour les affaiblir encore plus par une guerre civile « asymétrique ».

Une perturbation très limitée en Occident

« Très limitée » ? N’est-ce pas du mépris pour victimes ? C’est simplement la constatation que si leur vie et celles de leurs proches est effectivement bouleversée, cela n’empêche pas le fonctionnement des pays touchés. Il y a eu quelques dizaines de terroristes, la plupart du temps des délinquants fraîchement « radicalisés » et des centaines de victimes dans l’ensemble des pays occidentaux. C’est-à-dire rien par rapport aux 900 millions d’Occidentaux dont environ 30 millions de musulmans, d’ailleurs eux aussi victimes des attentats.

Même le 11 septembre et ses milliers de victimes, oeuvre d’El Qaïda et non de l’EI, n’a perturbé que psychologiquement la vie américaine, et encore de façon limitée et provisoire. Matériellement ni l’économie ni même la finance, métier principal des victimes, n’ont cessé de fonctionner normalement.

Et y aurait-il demain 2 voire 3 fois plus de terroristes et de victimes que ça ne changerait rien. L’impact sur le tourisme ne devrait pas être durable, d’autant que les étrangers constatent que les attentats ont lieu dans tous les pays et notamment dans le leur. Donc que voyager n’est pas plus dangereux que de rester chez soi. Les principaux indicateurs de l’économie française sont d’ailleurs en progression depuis quelques mois.

Pas de cycle de représailles

En Orient et ailleurs, la tradition ancienne et profondément enracinée des représailles ouvre des cycles sans fin de violences réciproques, qui finissent par faire s’écrouler des clans, des tribus voire des régions entières. L’EI espère donc susciter des réactions anti musulmanes violentes puis des contre-représailles pour aboutir à un enchaînement se terminant par une guérilla généralisée. Ce serait une guerre « asymétrique » contre laquelle une armée régulière est peu efficace, et qui nécessite des effectifs très nombreux du côté du maintien de l’ordre. Mais la société occidentale est différente de l’orientale, les crimes et autres actions violentes y donnent lieu à des réactions juridiques et non à des représailles physiques, du moins tant que la démocratie fonctionne. Et ni la masse des Européens, ni celle des musulmans occidentaux n’a visé physiquement l’autre communauté. L’individualisme des sociétés occidentales, souvent dénoncé par toutes les religions, va ici dans le bon sens.

Néanmoins une frange des Occidentaux, déjà plus qu’agacés par les tenants du relativisme et du multiculturalisme, commence à s’impatienter. Souhaitant aller au-delà des mesures nécessaires à une meilleure efficacité de la lutte contre les terroristes, elle ne se rend pas compte qu’elle fait exactement ce qu’ils souhaitent en inondant les réseaux sociaux d’injures anti musulmanes. Et là, l’EI a marqué un point : la suspicion puis le rejet des réfugiés, qui aggravera la haine de l’Occident.

Par ailleurs, les djihadistes affaiblissent leur propre religion.

L’évolution religieuse

Dans un premier temps les réactions des musulmans d’Occident ont été « Nous sommes pas concernés, ces terroristes ne suivent pas le véritable islam ». Aujourd’hui, le vocabulaire religieux du terrorisme devient un repoussoir et on note le passage d’un nombre croissant de musulmans vers l’athéisme ou le christianisme, évangélique surtout. Les missionnaires de ce protestantisme sont actifs dans le monde entier et le terrorisme leur donne des arguments de conversion. Ce troisième échec du terrorisme est resté discret jusqu’à présent, s’agissant d’évolutions personnelles pouvant couper de la communauté, quoique dans l’autre sens, la conversion permette une intégration sociale dont les pays comme l’Allemagne où le protestantisme est vivace. Beaucoup de musulmans qualifiés étaient d’ailleurs venus en Occident pour échapper à la pression socio-religieuse dont l’EI est le promoteur extrême.

Analyse n’est pas complaisance

Pour être efficace dans la lutte anti-terroriste, il faut commencer par analyser et comprendre, non seulement le contexte social et religieux, mais aussi l’extrême décentralisation de l’action de l’EI, qui se contente souvent d’inspirer plus que d’organiser : « Le terrorisme est ubérisé » nous dit le criminologue Alain Bauer. La maison mère se borne à quelques –très efficaces- vidéos de propagande, et le terroriste se procure lui-même des armes très simples :  une camionnette, un marteau, un couteau.

Analyser et comprendre est une étape nécessaire que l’on confond trop souvent avec la complaisance. Cette dernière existe effectivement dans certains cercles : le terme « multiculturalisme » y est proclamé comme l’enrichissement qu’est la connaissance d’autres cultures, alors qu’en pratique il s’agit au contraire d’un « multi-monoculturalisme » c’est-à-dire la cohabitation de groupes ignorant la culture des autres. Mais cette naïveté ou complaisance semble en repli. Par exemple avec la découverte à gauche « du racisme de l’antiracisme » (accepter un comportement communautariste sous prétexte que ladite communauté est victime du racisme). Ou, à l’extrême gauche, avec les doutes sur « l’islamisme acteur révolutionnaire », qu’il fallait naguère soutenir pour détruire la société contre laquelle on lutte.

Il semble donc qu’une convergence soit possible et que l’on puisse éviter le piège des réactions communautaristes tout en menant une lutte intelligente et adaptée. Donc sans hystérie xénophobe, mais sans compromis ni complaisance. L’ennemi veut abattre les fondements de nos sociétés : liberté religieuse, laïcité, liberté d’expression, droits de l’homme, égalité des sexes. Cette lutte doit toucher tous les domaines, du principal, l’éducation, aux plus quotidiens comme la présence des femmes dans les cafés.

Je suis optimiste quant à l’issue de ce combat, l’islamisme, et pas seulement sa version violente, le djihadisme, étant d’abord une réaction à la modernisation des sociétés musulmanes, or cette modernisation me semble irréversible en Occident et souvent amorcée au Sud.

Publicités